Le plan de relance économique de la France : Créer de nombreuses opportunités commerciales en région parisienne

Le 3 septembre, le Premier ministre Jean Castex a annoncé un plan de relance post-Covid-19 de 100 milliards d’euros (118 milliards de dollars) afin de renforcer le développement durable, de maintenir les niveaux d’emploi et de revitaliser l’économie française. Contrairement au plan de relance allemand de 130 milliards d’euros, qui prévoit une baisse de la taxe sur la valeur ajoutée, la stratégie française cherche avant tout à stimuler l’investissement. Elle vise à apporter des avantages sociaux, économiques, environnementaux et culturels sur l’ensemble du territoire national et à faciliter l’expansion des entreprises qui s’implantent en France et en région parisienne.

En quoi consiste le plan « France Relance » ?

Suite aux conséquences du coronavirus sur l’économie mondiale, la France a lancé un plan de relance de 100 milliards d’euros, baptisé « France Relance ». Ce plan, unique en son genre, est destiné à sauver l’économie française de la crise du coronavirus grâce à d’importants investissements dans l’énergie verte et les transports ainsi que dans l’innovation industrielle. Bénéficiant d’une ampleur et d’un budget quatre fois supérieurs au plan national mis en place après la crise financière de 2008, ce plan a été qualifié d’« historique » en termes d’ambition et de portée par le Premier ministre Jean Castex dans son discours d’ouverture.

« France Relance » est en effet un outil puissant pour redynamiser l’économie et révolutionner les opportunités commerciales en facilitant l’installation d’entreprises internationales.

Trois volets de dépenses et leur impact sur les entreprises

En fait, cette injection massive de capital dans l’économie équivaut à 4 % du PIB de la France, ce qui signifie qu’elle injecte « plus de fonds publics dans son économie que tout autre grand pays européen en pourcentage du PIB » (France 24, 2020). L’objectif est de ramener la France à son niveau économique d’avant la crise à l’horizon 2022. Stephen Carroll, rédacteur en chef business de France 24, explique que le plan de relance de la France diffère de celui des autres pays européens, car il vise à « maintenir les gens dans l’emploi, leur permettre de continuer à gagner leur vie et soutenir la consommation, principal moteur de l’économie ».

1. Compétitivité des entreprises

La relance budgétaire se divise en trois volets de dépenses, dont le premier est consacré au « réarmement de l’industrie ». Cela signifie qu’il y aura un allègement des impôts de production de 10 milliards d’euros par an, qui vise à bénéficier aux petites et moyennes entreprises. Jean Castex espère ainsi relancer la compétitivité des entreprises françaises et accorder des avantages aux entreprises étrangères qui souhaitent se développer en région parisienne.

2. Emploi

Le deuxième volet portera sur la lutte contre le chômage, en particulier chez les jeunes, les personnes à faibles revenus et issues des communautés les plus vulnérables. Le plan prévoit notamment la mise en place de l’activité partielle de longue durée, de programmes de formation et d’incitations financières pour les entreprises qui embauchent des jeunes. Des programmes spécifiquement destinés à faire entrer 300 000 jeunes sur le marché du travail seront financés à hauteur de 1,3 milliard d’euros supplémentaires

3. Transition écologique

L’objectif du dernier volet de relance évoqué par Castex sera de faire de la France un pays plus respectueux de l’environnement. Neuf milliards d’euros seront consacrés au développement d’une industrie de l’hydrogène et d’autres technologies vertes, également encouragées par la Commission européenne et le gouvernement allemand. De plus, 4,7 milliards d’euros seront investis dans l’amélioration des chemins de fer et des transports, et 6,7 milliards d’euros seront consacrés à l’amélioration de l’isolation des habitations et des bâtiments publics. La région parisienne a été encore plus loin en annonçant à l’issue de sa COP régionale de nouvelles mesures incitatives pour aider les entreprises développant des solutions intelligentes et durables en matière de mobilité. 

Innovation et numérique

Alors que la France s’efforce de rendre son économie plus compétitive, l’accélération numérique du pays fait l’objet de toutes les attentions. Cela se traduit par un investissement de 1,6 milliard d’euros dans le renforcement du numérique, avec 500 millions d’euros dédiés à la généralisation de l’accès à l’Internet haut débit dans toute la France. En outre, 35 milliards d’euros seront consacrés à la compétitivité et à l’innovation industrielles, dont 20 milliards d’euros d’allègement des impôts de production pour les industries pendant deux ans. Un milliard d’euros supplémentaires seront dédiés à la « relocalisation » des activités stratégiques dans des secteurs tels que la santé et l’informatique.

Concrètement, ça veut dire quoi ? Que tous ces efforts visent à faire de la France, et de la région parisienne en particulier, un haut lieu international en matière de nouvelles technologies innovantes et de numérique.

Perspectives pour les entreprises de la région parisienne

Qu’est-ce que cela signifie pour l’économie française et plus particulièrement pour les entreprises implantées en région parisienne ? En tant que moteur économique de la France, la région parisienne sera sans aucun doute l’un des principaux bénéficiaires de ce plan. Les entreprises qui opèrent actuellement dans la région et celles qui prévoient de s’y implanter bénéficieront des impacts positifs du plan à travers des financements et un accompagnement. Elles opéreront dans une région pour laquelle la concurrence, l’emploi et le développement durable sont des priorités essentielles. Globalement, la région parisienne se place en première ligne de la reprise économique et des changements environnementaux positifs.

Contactez-nous